Bilan du camp 2001

Du soleil plein les yeux… Des projets plein la tête !

lundi 6 octobre 2008 par Antoine

Un programme chargé, un temps magnifique, appréciable malgré la canicule, de longues soirées de fêtes et de discussions : tous les ingrédients étaient réunis pour que ces 18e rencontres soient une réussite. Et cette année, elles avaient la particularité de se tenir dans la foulée des manifestations de Gênes. Rien de vraiment original donc pour le thème central de ces 18e rencontres : World Company mondialise la misère, mondialisons les luttes ! Quelques 500 jeunes venu(e)s de toute l’Europe, ainsi que d’Algérie et du Brésil y ont participé, dans une ambiance studieuse et détendue, et ce malgré la fatigue du week-end passé à Gênes au milieu de centaines de milliers de manifestants.

C’est avec l’enthousiasme des mobilisations réussies que tout le monde s’est attelé aux débats. Et dans un premier temps, à faire le point sur presque deux ans de mobilisations anti-mondialisation : en dresser le panorama, faire le bilan de leur importance et de leur dynamisme pays par pays, examiner notre rôle et nos tâches dans la construction de ces mouvements, voilà en quoi ont consisté les premières journées de débats. S’y est ajouté une après-midi de travaux pratiques, puisqu’à l’occasion de la manifestation nationale contre la répression une délégation internationale a défilé à Rome le mardi 24 août avec 50 000 autres personnes. Gênes a réellement marqué un tournant dans le caractère massif des mobilisations. Car tout le monde est tombé d’accord sur un point essentiel : jamais depuis 1968 on n’avait vu une telle radicalisation de la jeunesse au plan international ! Une radicalisation à mettre en rapport avec la reprise des luttes un peu partout dans le monde, que ce soit les salariés, les femmes ou encore les étudiants. Une radicalisation qui se confirme, mais qui ne dispose pas encore aujourd’hui de véritables perspectives, d’un véritable projet.

Et l’enjeu est de taille quand on analyse la situation à l’échelle internationale : les inégalités s’accroissent, la situation des populations se dégrade, provoquant de nouveaux soulèvements, comme en Algérie ou en Palestine. Surtout, on assiste à la mise en place du nouvel ordre mondial voulu par les puissances impérialistes et la première d’entre elles, les USA. Et toutes les luttes qui se développent en ce moment, qu’il s’agisse des manifestations de Gênes ou de Göteborg, ou bien du soulèvement légitime des Palestiniens, se confrontent directement et concrètement à ce dispositif militaire et policier international destiné à protéger les intérêts des multinationales et des actionnaires. En définitive, à Gênes comme en Algérie, c’est le bras armé de la mondialisation capitaliste qui frappe. Dans ce sens le témoignage des camarades venus de Kabylie a été un moment particulièrement fort et émouvant. Il a mis en lumière la nécessité de construire une solidarité internationale concrète et active.

Pour réaliser toutes ces tâches, pour regrouper tous ces jeunes qui, non seulement en Europe, mais dans le monde entier, se mobilisent contre la barbarie capitaliste, il nous faut construire une organisation forte, qui permette de faire converger les luttes. Nous sommes partout en Europe des militants actifs, engagés dans la construction des différentes mobilisations, pas seulement contre la mondialisation capitaliste, mais aussi pour les droits des femmes ou des homosexuels, pour l’amélioration des conditions d’étude, contre la précarité… Parce que partout nous sommes confrontés à la même offensive des gouvernements, qu’ils soient de « gauche » ou de droite, et du patronat. Que l’on soit à Athènes, à Madrid ou à Londres, partout on retrouve la même chose : des conditions d’étude et de travail dégradées, l’explosion de la précarité, le développement du flicage… C’est là le défi qui nous est posé par la situation politique et sociale : parvenir à terme à mobiliser en commun dans toute l’Europe, en menant des campagnes politiques coordonnées, que ce soit pour un service public d’éducation ou pour un salaire minimum européens .

C’est avec cette ambition que nous avons conclu ces 18e rencontres internationales, sur fond d’Internationale chantée en 15 langues différentes. En donnant d’abord rendez-vous le 13 décembre à Bruxelles pour la clôture de la présidence belge, et en invitant tout le monde à venir l’année prochaine à Brioude, en France, où se tiendront très probablement les 19e Rencontres Internationales de Jeunes.

Camille, [Rennes]


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 207552

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Rencontres internationales  Suivre la vie du site 1997-2006  Suivre la vie du site 2001 - Italie   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License