Forum Globalisation capitaliste et ses conséquences

mercredi 29 août 2007 par Antoine

Intervention de Léon Crémieux pour la IV ème Internationale

Colonialisme, impérialisme. Années 1970, taux de change, barrières douanières. Impérialisme, mode de domination, échanges inégaux mais limites à la libre circulation du capital.

Quatre critères vont favoriser le développement de la mondialisation capitaliste.

- Accroissement du niveau des échanges et des investissements mondiaux. Multiplication par deux des échanges et par la même des transports et de la pollution.

- Globalisation de la production. Globalisation des débouchés. Apparition et développement de grandes firmes capitalistes.

- Mondialisation financière. Circulation incontrôlée de masses financières purement formelles et développement du système boursier.

- Perte relative d’autonomie des États nations.

La mondialisation constitue la phase actuelle du développement du système capitaliste et non le simple fruit du hasard. En 1970, on dénombre 7000 firmes multinationales et en 2003 on en compte près de 37000. Chaîne de production mondiale qui surexploite encore plus les pays dominés et la classe ouvrière de ces pays.

Dans les années 1970, on assiste à une crise de débouchés du capitalisme doublée d’une crise pétrolière. Une masse financière considérable se trouve inutilisée. Cette masse financière va être à la source du développement de la dette des « pays du Sud ». Prêts à taux d’intérêt élevés. Véritable entreprise de brigandage des pays capitalistes avancés à l’égard des pays du Sud. Dans les années 1980-1990, les plans d’ajustement structurel imposés par la Banque mondiale et le FMI vont contraindre les pays du Sud à devenir des marchés ouverts pour les capitalistes occidentaux.

Apparition de la question de la mondialisation du marché du travail. Grâce à l’ouverture du marché, à la levée des barrières douanières, renforcement de la concurrence mondiale entre les États impérialistes. Globalisation de la main d’œuvre, du salaire. Renforcement de la concurrence mondiale entre les travailleurs. OMC, AGCS, libéralisation, mondialisation des services. Effet social de la mondialisation. Dégradation inexorable de l’environnement, extraction de ressources naturelles, prolifération des dégâts environnementaux. Les catastrophes écologiques ne sont pas un phénomène naturel mais la conséquence directe de l’impérialisme et de la surexploitation du monde. Question de l’eau. Exemple de la question du contrôle de l’eau et en particulier du Jourdain au Moyen Orient.

Intervention de Ricardo Martin et Manuel Valverde pour la délégation de l’État espagnol

L’augmentation de la surexploitation s’accompagne d’un renforcement de la répression et d’une multiplication des attaques contre les libertés démocratiques. Exemple des politiques menées par Reagan et Thatcher. Réduction de l’intervention des pouvoirs publics dans l’économie. Privatisation des services. Chute du mur de Berlin, proclamation d’un nouvel ordre mondial et du néolibéralisme comme système et idéologie incontestable. Les conséquences sociales et écologiques du capitalisme mondial posent la question de l’avenir de la planète. Les différentes puissances impérialistes cherchent à gagner l’hégémonie mondiale aux plans économique, politique et idéologique.

Depuis le 11 septembre 2001, on assiste à une accélération de l’offensive impérialiste. La guerre sans limite contre le terrorisme mondial permet de justifier les ingérences des différents impérialistes. Guerre globale permanente. Processus de marchandisation généralisée de la société dans tous ses aspects : commerce, culture, espaces publics… Précarisation généralisée.

La mondialisation renforce non seulement l’exploitation capitaliste mais aussi les oppressions spécifiques. Le capitalisme ne peut effacer la crise sociale générée par les conséquences de la surexploitation capitaliste. Pour freiner les résistances et les luttes sociales, on assiste à une répression croissante. L’objectif du capital est la soumission des populations à la logique du profit. Pour faire taire les résistances, système répressif renforcé. Répression en État espagnol. 2001-2002 : Mouvement étudiant pour une université publique. Deux camarades condamnés à trois ans et six mois de prison. Depuis 5 ans, Séville est devenue un véritable état policier. 5 camarades exclus de l’université. 24 camarades poursuivis en justice. Nécessité d’obtenir la libération des camarades emprisonnés et l’abandon de toutes les poursuites judiciaires. Question de l’amnistie. La utopia de hoy sera la verdad de mañana.

Exemple de Macdonald’s à Grenade où six personnes ont été licenciées pour activité syndicale.

Situation au Pays Basque.

Bloqueo économico en Cuba.

Génocide du peuple palestinien.

Violence permanente et systématique du capitalisme. Nécessité de construire une alternative politique.


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 198704

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Rencontres internationales  Suivre la vie du site 2007 - France  Suivre la vie du site Le camp jour par jour  Suivre la vie du site Dimanche 22 juillet 2007 : Mondialisation et écologie   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License